Auteur

Comme la municipalité de Saint-Quentin de Baron ne brille pas par son travail de concertation ni d’information des citoyens, il faut bien fouiller pour trouver des bribes d’infos. A ce sujet, où en est le dossier de la pharmacie ? Le compte-rendu du conseil municipal du 6 avril 2021 nous apprend que Florent Boudié, député et Nathalie Delattre, sénatrice, se seraient mobilisés en faveur d’une autorisation d’ouverture à Saint-Quentin de Baron auprès de l’ARS.

Si madame le Maire voulait bien nous en dire plus ce serait aimable. Mais peut-être trouvera-t-on des informations dans le numéro 429 du magazine municipal “La nouvelle Lanterne” que l’on attend depuis le 1er semestre 2019 ?!…

0 commentaire
0 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

La municipalité de Saint-Quentin de Baron a annoncé via les réseaux sociaux la création d’un marché local de producteurs qui se tiendra à partir du 30 mai 2021 tous les 1ers et 3èmes dimanche de chaque mois. Si sur le principe, les habitants peuvent être satisfaits de cette petite offre dominicale à venir, on peut se poser de sérieuses questions sur les modalités de mise en œuvre d’une telle initiative.

Il n’y a eu aucune concertation locale ni même information des riverains sur cette initiative, rien ! Quelle sera la gêne occasionnée pour les riverains déjà pénalisés par l’accès aux écoles chaque matin de la semaine et dont le stationnement anarchique des parents d’élèves crée une véritable nuisance ? Dès 8 heures du matin, un dimanche sur deux, devront-ils en plus devoir supporter la même chose avec claquements de portières, bruits variés, etc. ?

Nous aurons bientôt la réponse. En attendant on peut dire que le fonctionnement de cette municipalité n’est pas le bon !

0 commentaire
1 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Au mois d’août 2020, nous alertions sur les dangers causés par la vitesse sur la RD 936 en traversée de Saint-Quentin de Baron. La mairie inquiète des échos faits à nos demandes, largement partagés sur les réseaux sociaux nous promettait de s’occuper du sujet et belle photo à l’appui de Mme

crédit photo : municipalité de Saint-Quentin de Baron

le Maire qu’elle prenait le problème à bras le corps.

10 mois plus tard, où en est-on ? Bonne question pourrait-on dire car plus de nouvelles depuis… Le temps passe probablement différemment à Saint-Quentin de baron… Le département de la Gironde a été sollicité pour une convention d’aménagement de bourg comme nous l’avons suggéré il y a 10 mois !!! Quelles sont les avancées ?
Cette municipalité est aux abonnés absents !
0 commentaire
0 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Les échéances de paiement de la taxe d’habitation de votre habitation principale sont fixées au 16 novembre si vous réglez par TIP SEPA ou par chèque, et au 21 novembre si vous payez par voie dématérialisée (paiement en ligne, prélèvement à l’échéance ou mensuel). Le prélèvement sera effectué sur votre compte bancaire à partir du 26 novembre. Mais aurez-vous à régler cette taxe ? En 2020, la taxe d’habitation sur les résidences principales a été supprimée pour 80 % des foyers. Cette exonération est accordée automatiquement si vous y avez droit.

Si vous n’êtes pas exonéré cette année, votre avis de taxe d’habitation est consultable sur impots.gouv.fr , rubrique « Mes événements » sur la page d’accueil de votre espace particulier et aussi dans la rubrique « Documents ».

En 2020, vous bénéficiez d’une exonération si votre revenu fiscal de référence de 2019 est inférieur aux plafonds ci-dessous :

  • 27 706 € pour 1 part ;
  • 35 915 € pour 1,5 part ;
  • 44 124 € pour 2 parts ;
  • 50 281 € pour 2,5 parts ;
  • 56 438 € pour 3 parts ;
  • 62 595 € pour 3,5 parts.

Si votre revenu fiscal de référence de 2019 dépasse légèrement ces plafonds, vous pouvez avoir droit à une réduction.

Les résidences secondaires et les logements vacants ne sont pas concernés par cette mesure. Il faudra continuer à acquitter la taxe d’habitation.

0 commentaire
1 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Qu’est-ce qu’un trouble du voisinage ?

Les bruits de voisinage de jour ou de nuit peuvent être sanctionnés lorsqu’ils constituent un trouble anormal causé :

  • par un individu, locataire ou propriétaire d’un logement, (cri, talons, chant, fête familiale, …) ;
  • ou par une chose (instrument de musique, chaîne hi-fi, téléviseur, outil de bricolage, pétard et feu d’artifice, pompe à chaleur, éolienne, électroménager, etc.) ;
  • ou par un animal (exemple : aboiements).

On parle de tapage nocturne lorsque ces bruits sont commis la nuit et que l’auteur :

  • a conscience du trouble qu’il engendre ;
  • et ne prend pas les mesures nécessaires pour remédier au tapage.

L’infraction pour tapage nocturne existe même lorsque ce bruit n’est pas répétitif, ni intensif, ni qu’il dure dans le temps.

À savoir : Un arrêté relatif au bruit (exemple : arrêté préfectoral) peut interdire certains bruits à certaines heures dans votre commune ou dans votre département. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

Quelles sont les démarches ?

En cas de tapage nocturne, vous pouvez faire appel aux forces de l’ordre (police, gendarmerie, police municipale) pour faire constater le trouble, quel que soit le type de bruit commis. Le bruit doit être audible d’un logement à un autre.

À noter : En cas de verbalisation, le contrevenant règle le paiement de cette amende forfaitaire. Le montant de l’amende est de 68 €180 € si l’amende est majorée, ce montant variant en fonction des délais de paiement. L’infraction peut être commise à n’importe quel moment de la journée. On parle de bruit diurne lorsqu’il se produit durant la journée entre 7 heures et 22 heures et de bruit nocturne lorsqu’il apparaît entre 22 heures et 7 heures.

Textes de référence

Troubles de voisinage : bruits de comportement

Les bruits de voisinage sont des bruits générés par le comportement d’une personne ou d’un animal et causant des nuisances sonores. Ils peuvent être sanctionnés, dès lors qu’ils constituent un trouble anormal, se manifestant de jour ou de nuit.

La nuit

Les bruits de comportement sont tous les bruits provoqués de jour comme de nuit :

  • par un individu, locataire ou propriétaire d’un logement, (cri, talons, chant, fête familiale, …),
  • ou par une chose (instrument de musique, chaîne hi-fi, téléviseur, outil de bricolage, pétard et feu d’artifice, pompe à chaleur, éolienne, électroménager, …),
  • ou par un animal (exemple : aboiements).

Lorsque ces bruits sont commis la nuit, on parle de tapage nocturne.

Il n’existe pas d’heures précises pour définir le tapage nocturne. Pour être reconnu comme un tapage nocturne, le bruit doit avoir lieu quand il fait nuit, c’est-à-dire entre le coucher et le lever du soleil.

Lorsque le bruit est commis la nuit, l’infraction pour tapage nocturne existe même lorsque ce bruit n’est pas répétitif, ni intensif, ni qu’il dure dans le temps.

Il y a tapage nocturne lorsque :

  • l’auteur du tapage a conscience du trouble qu’il engendre
  • et qu’il ne prend pas les mesures nécessaires pour remédier au tapage

Un arrêté relatif au bruit (exemple : arrêté préfectoral) peut interdire certains bruits à certaines heures dans votre commune ou dans votre département. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

En journée

En journée, un bruit de comportement peut causer un trouble anormal de voisinage dès lors qu’il est répétitif, intensif, ou qu’il dure dans le temps. Il peut s’agir du bruit causé par :

  • un individu, locataire ou propriétaire d’un logement (cri, talons, chant, fête familiale, …),
  • ou une chose (instrument de musique, chaîne hi-fi, téléviseur, outil de bricolage, pétard et feu d’artifice, pompe à chaleur, éolienne, électroménager, …),
  • ou un animal (exemple : aboiements).

Un arrêté relatif au bruit (exemple : arrêté préfectoral) peut interdire certains bruits (exemple : bruit de tondeuse) à certaines heures dans votre commune ou votre département. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

Plusieurs démarches peuvent être engagées successivement :

  • Lorsque le logement fait partie d’une copropriété, il est utile de vérifier le règlement de copropriété qui peut contenir des règles relatives au bruit. Si votre voisin ne respecte pas ce règlement, il faut en avertir le syndic de copropriété. Le syndic est notamment en charge de faire appliquer ce règlement.
    Si vous êtes un des copropriétaires, vous pouvez saisir directement le syndic.
    Si vous êtes locataire, vous devez contacter le propriétaire pour qu’il s’adresse au syndic.
  • Demander à la mairie s’il existe un arrêté relatif au bruit. Un arrêté peut par exemple autoriser l’usage des tondeuses à gazon à certains horaires seulement.
    Si votre voisin ne respecte pas l’arrêté municipal ou préfectoral relatif au bruit, il faut en avertir le maire, qui a l’obligation de garantir la tranquillité des habitants de la commune.
  • Informer l’auteur du bruit de la gêne qu’il occasionne.
    S’il est propriétaire de son logement, envoyez-lui un courrier simple, puis un courrier recommandé avec avis de réception.
    S’il est locataire de son logement, vous pouvez lui adresser une lettre recommandée avec accusé de réception, ainsi qu’au propriétaire. Le propriétaire du logement est responsable du comportement de son locataire.
  • Faites appel à un conciliateur de justice (démarche gratuite) ou à un médiateur. Cette démarche est indispensable pour pouvoir ensuite saisir le tribunal.
  • Faire appel à un huissier (si les nuisances se répètent) afin qu’il établisse un ou plusieurs constats, qui seront utiles pour faire ensuite éventuellement appel au juge.
0 commentaire
3 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Vous louez une location meublée comme résidence principale ? Doit-il comporter un aspirateur et une couette ? Connaissez-vous les obligations du propriétaire vis-à-vis de son locataire ? Le bailleur doit fournir un logement décent, comportant un certain nombre d’équipements en bon état ainsi qu’un ameublement minimum dont la liste a été fixée par décret.

Le propriétaire doit fournir au locataire un logement décent

Ce logement doit :

  • comporter au moins une pièce principale d’une surface habitable de 9 m2 et une hauteur sous plafond minimale de 2,20 mètres ou bien d’un volume habitable de 20 m3 ;
  • ne pas constituer un risque pour la sécurité ou la santé du locataire : étanchéité à l’air et à l’eau des portes et fenêtres, des garde-corps des fenêtres en bon état, des branchements d’électricité et de gaz conformes aux normes de sécurité, des pièces principales bénéficiant d’un éclairage naturel suffisant, aération possible et suffisante…
  • ne pas abriter d’animaux nuisibles ou parasites (rat, puces de lit, cafards…) ;
  • respecter un critère de performance énergétique minimale : protection contre les infiltrations d’air parasites, étanchéité à l’air suffisante des portes et fenêtres donnant sur l’extérieur…
  • comporter certains équipements : alimentation en eau potable, installation de chauffage, installation d’évacuation des eaux, cuisine ou coin cuisine, WC séparé de la cuisine ou de la pièce où sont pris les repas, réseau électrique permettant l’éclairage suffisant de toutes les pièces et des accès ainsi que le fonctionnement des appareils ménagers courants indispensables à la vie quotidienne…

Le propriétaire doit fournir au locataire un logement équipé

Pour tous les baux signés après août 2015, le logement doit être équipé des éléments suivants :

  • literie avec couette ou couverture ;
  • volets ou rideaux dans les chambres ;
  • plaques de cuisson, four ou un four à micro-onde, réfrigérateur, congélateur ou compartiment à congélation du réfrigérateur d’une température maximale de -6°, vaisselle en nombre suffisant pour que les occupants puissent prendre les repas, ustensiles de cuisine ;
  • table et sièges ;
  • étagères de rangement ;
  • luminaires ;
  • matériel d’entretien ménager adapté aux caractéristiques du logement (aspirateur s’il y a de la moquette, balai et serpillière pour du carrelage …).

Autres obligations du propriétaire

  • Le propriétaire ne peut pas entrer dans le logement pour vérifier son état d’entretien ou le faire visiter sans l’accord de son locataire. Avant de faire des travaux dans l’appartement, il a l’obligation d’informer le locataire de leur réalisation.
  • Il doit fournir une quittance de loyer attestant que le locataire a payé intégralement le loyer et les charges. Elle est transmise gratuitement et peut l’être par mail si le locataire donne son accord.
0 commentaire
0 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Pour les saint-quentinais, il y a lieu de se poser des questions concernant la circulation sur les axes routiers de la commune. En différents points, celle-ci se fait sur un mode anarchique et en dehors de toute cohérence mais malheureusement surtout de toute sécurité en différents endroits. Et on peut se poser des questions tant la signalisation routière laisse à désirer, est parfois incohérente ou même carrément contradictoire.

Ainsi, du côté du château d’eau sur la D121, on peut traverser une zone où il faut en même temps rouler à 50km/h et à 30km/h, ou peut-être que la vitesse est différente selon le sens de circulation puisque la signalisation est différente. De quoi réjouir évidemment les services de gendarmerie qui aiment à se placer à cet endroit avec la lunette…

Ailleurs sur la D120 juste après l’école communale dans le sens mairie-moulin, il faut rouler à 30km/h et subitement arrêter le 30km/h puis reprendre immédiatement le 30km/h ! De quoi devenir chèvre en effet. Cela n’a l’air d’inquiéter personne au niveau de la municipalité puisque cela fait un moment que cela dure et ne choque personne.

Evidemment ces deux points les plus cocasses et absurdes créent du danger dans des zones particulières. Mais le problème de circulation et de sécurité est bien plus profond sur la commune. Devant l’école où la vitesse est sensée être à 30 km/h, un “gentil” ralentisseur ne ralentit pas grand monde dans les faits tellement il est doux et les conducteurs souvent inconscients.  Dans cette zone il est craindre qu’un enfant ne soit fauché un jour, ou une maman avec ses enfants… Que fait la mairie ? A-t-elle conscience du problème ? A-t-elle l’intention de corriger cela ? Dans cette même zone, rue Léo Drouyn, ce sont les parents d’élèves qui eux perturbent souvent la vie normale des résidents en se garant jusque dans l’allée ou devant les maisons… Un panneau a déjà été demandé à l’ancien maire Jack Allais qui devait aussi transmettre à la nouvelle équipe, aucun écho, aucun résultat.

Mais encore plus emblématique encore, sur la D936, axe ultra fréquenté et devenu ultra dangereux, personne ne fait la loi. La signalisation est bien présente et marque la limite des 30km/h dans la zone commerçante notamment mais rien n’invite réellement à respecter cette vitesse : jamais de contrôles de vitesse, aucun ralentisseur, marquage au sol défaillant, passage piéton double ou effacé devant carrefour express ?…
Il y a lieu là aussi d’être très inquiet, vraiment très inquiet. On peut se réjouir de la présence modernisée de ce commerce essentiel qui draine un grand passage. Mais entre la clientèle qui se gare, qui traverse à pieds, les conducteurs qui passent juste à des vitesses parfois de folie, il n’est pas rare de voir des “presque accidents”, jusqu’au jour où…
Là encore, que compte faire la municipalité de Saint-Quentin de Baron ? A-t-elle entamé des discussions avec le département de la Gironde pour un aménagement concerté de cette voie de circulation majeure ? Un comptage des véhicules pour commencer ? Un projet de convention d’aménagement de Bourg pourrait pourtant largement restructurer harmonieusement cette zone en étant très largement financé par le département… La mairie est-elle seulement au courant ou concernée ? on peut les aider à suivre ce lien.

Il y a beau coup de choses à faire et on pourrait même dire que cela entre dans le cadre d’une véritable vision d’urbanisme et d’aménagement de la commune. Y’en a-t-il seulement une ? Attendons la suite.

0 commentaire
8 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

 

Les saint-quentinais qui regrettent le manque de petits commerces à Saint-Quentin de Baron peuvent se réjouir. Une nouvelle pizzeria vient d’ouvrir ses portes : Pizza David.

Installé au bas du parking du Carrefour Express, 44 ROUTE DE L’ENTRE-DEUX-MERS à Saint-Quentin-de-Baron, ce nouveau commerce fait du bien à la commune. Il faut lui souhaiter beaucoup de succès, alors ami(e)s saint-quentinais, n’hésitez pas à faire appel à ses services…

David propose pour le moment uniquement des pizzas et pâtes à emporter mais la carte pourrait s’étoffer en cas de succès probant. Le commerce est ouvert du jeudi midi au mardi soir de 12H00 à 14H00 et de 19H00 à 22H00. En plus ils acceptent les Tickets Restaurant.

Téléphone : 05 57 79 24 45 ou leur page facebook.

1 commentaire
4 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Les habitants du bourg près de l’école communale de Saint-Quentin de Baron ont pu constaté par un réveil très matinal le samedi 13 juin 2020 qu’il y avait des travaux souterrains d’aménagement face à l’école… Malheureusement, nul n’avait été prévenu de cela par avance.

Interrogée, l’équipe municipale a répondu que les travaux étaient “pour installer une chambre pour la fibre”. Tout le monde en sera probablement satisfait dans l’avenir mais quand ? L’équipe municipale pourrait fournir quelques efforts sur l’information municipale tous azimuts car pour le moment elle reste largement confinée.

0 commentaire
3 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Le dernier conseil municipal de Saint-Quentin de Baron remonte au 10 juillet 2020. De quoi traitait-il ? quelles ont été les délibérations ? Mis à part l’équipe d’élus, nul ne le sait puisque à la date du 13 août il n’y a toujours pas de compte-rendu qui soit réalisé ou publié.

Il faut laisser le temps au temps parait-il. Parfois cela peut paraître long…

0 commentaire
2 FacebookTwitterPinterestWhatsappEmail

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter

New Report

Close